100_6203

4 gravures su cuivre, vernis mou  et  aquatinte, matrice 15x15

Histoire de Mohamed Bouazizi, tragique et merveilleuse.

A Sidi Bouzid, Tunisie, un vendredi, 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi vend à la sauvette des fruits et légumes pour faire vivre sa famille. Arrêté par la police, il proteste, une agente le gifle et l'insulte. Il tente de se plaindre à la mairie, personne ne le reçoit. Sans dire un mot, il s'asperge d'essence de thérébentine acheté au kiosque du coin. Le 28 décembre le président Ben Ali lui rend visite à l'hôpital de Ben-Arrous à Tunis. Le 5 janvier, il meurt.

La Tunisie se révolte contre l'injustice, l'Islam s'enflamme contre les dictateurs.

Faîda Hamdi, l'agente municipale, est en prison à Gafsa. La marchandise saisie est donnée à une association d'handicapés : 2 cagettes de poires, 3 pommes, 7 kilos de bananes.